Un animateur rentre chez lui "30 minutes par semaine" et d'autres tendances inquiétantes dans le rapport sur la santé des animateurs japonais - Manga Mosaic

Un animateur rentre chez lui « 30 minutes par semaine » et d’autres tendances inquiétantes dans le rapport sur la santé des animateurs japonais

MangaMosaic.com participe au Programme Partenaires d’Amazon et reçoit des commissions sur les achats effectués à travers les liens de ce site.

Une enquête récente révèle qu’une proportion choquante de travailleurs impliqués dans la création d’anime ont développé des maladies mentales.

NHK a fait état d’une enquête menée par la Japan Animator and Director Association, qui a révélé que 17 % des personnes impliquées dans la production d’anime souffrent ou ont souffert de maladies mentales telles que la dépression.

429 personnes ont été consultées, dont 73 ont admis souffrir de troubles mentaux ; en outre, 291 personnes (68 %) ont déclaré se sentir mentalement fatiguées et 285 (66 %) physiquement fatiguées.

Une anecdote tirée du rapport révèle qu’une animatrice de Tokyo ne rentrait chez elle que 30 minutes par semaine, apportant « du shampoing et des serviettes » pour pouvoir dormir dans son studio. « Je continue à travailler comme animatrice parce que je trouve cela gratifiant », a-t-elle ajouté, « mais j’ai vu de près de nombreuses personnes souffrir de maladies mentales. Je veux que les gens réfléchissent à la façon dont les producteurs d’anime sont traités.

La demande d’anime continue d’augmenter, l’Association japonaise des animateurs et réalisateurs ayant révélé que le nombre de titres d’anime sortis cette année s’élevait à 310.

Le média reste l’une des plus grandes exportations culturelles du Japon, le responsable des animes de Netflix, Kohei Obara, ayant révélé que la moitié de ses 222 millions de clients avaient regardé des animes l’année précédente.

Néanmoins, ce même service de streaming a été critiqué par Terumi Nishii, animateur en chef de Jujutsu Kaisen 0, pour ses budgets d’anime plus importants qui ne se répercutent pas sur les travailleurs.

Le désir actuel de satisfaire la demande signifie que des personnes moins qualifiées continuent d’être embauchées dans l’industrie, ce qui signifie que les animateurs chevronnés comme Nishii doivent faire plus d’efforts pour corriger les erreurs.

Nishii continue d’être l’une des voix les plus franches de l’industrie, appelant à un test de compétences pour empêcher les sociétés de production de diluer le marché avec des animateurs débutants et allant même jusqu’à dire qu’à ce rythme, l’industrie de l’animation s’effondrera dans quelques années seulement.

Il existe peu d’exemples plus notables des mauvaises conditions de travail dans l’industrie de l’anime que la saison 2 de Jujutsu Kaisen, animée par le studio MAPPA.

Chaque semaine, de nouvelles allégations font surface, toutes plus stupéfiantes les unes que les autres. Alors que le problème peut être occulté par des scènes animées amusantes montrant des animateurs détruisant leur lieu de travail, la sonnette d’alarme a été tirée le mois dernier à la suite de deux messages postés par différents freelances de MAPPA, le second montrant une image graphique mettant en évidence leur état mental.

L’industrie n’a pas besoin d’être aussi dure pour les travailleurs. Kyoto Animation (KyoAni) est considéré comme un leader de l’industrie pour ses meilleurs calendriers de production, ce qui se traduit par des adaptations d’anime parmi les plus qualitatives à ce jour.

Toutefois, le mois dernier, le PDG de la MAPPA, Manabu Otsuka, a présenté son plan pour rattraper KyoAni et Ufotable en produisant plus d’animes rapidement, ce qui a suscité une condamnation générale dans le secteur.

Cet état d’esprit semble être la raison pour laquelle le réalisateur de la saison 1 de Jujutsu Kaisen, Sunghoo Park, a quitté la société pour fonder E&H Productions, qui produira la prochaine adaptation animée de Monsters d’Eiichiro Oda. Le réalisateur de Chainsaw Man, Ryu Nakayama, a également semblé laisser entendre la semaine dernière qu’il avait quitté MAPPA, en évoquant les plans d’un studio « moins toxique ».

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut