Que vaut vraiment Blue Lock ? - Manga Mosaic

Que vaut vraiment Blue Lock ?

MangaMosaic.com participe au Programme Partenaires d’Amazon et reçoit des commissions sur les achats effectués à travers les liens de ce site.

Ce n’est un secret pour personne que le Weekly Shonen Jump souffre actuellement d’un trou en forme de sport. Malgré des années d’histoire dynamique dans le genre, le départ de Haikyu ! a laissé le légendaire magazine de Shueisha sans série sportive pour la première fois en 50 ans d’histoire.

Cela s’explique principalement par l’échec des tentatives précédentes de lancement d’une série sportive, avec des séries telles que Beast Children et Double Taisei, qui ont reçu un accueil mitigé.

Néanmoins, un nouveau venu dans l’éternel rival de Jump, Weekly Shonen Magazine, pourrait bien montrer à Shueisha ce qu’il faut faire. Écrit par Muneyuki Kaneshiro et illustré par Yuusuke Nomura, Blue Lock est exactement le genre de manga sportif dont le genre a besoin en ce moment – un manga qui insuffle une nouvelle vie au concept, en ignorant les normes et en le transformant, espérons-le, pour le meilleur.

Le football, mais pas comme vous le pensez

Blue Lock est un manga de football, mais pas comme vous le pensez. Il s’agit certes de deux équipes de onze joueurs qui tapent dans un ballon, marquent parfois des buts et célèbrent leur victoire en conséquence.

Mais même cette explication est beaucoup trop simple : Blue Lock est autant un manga de survie qu’un manga de sport – parce que Blue Lock est, en fait, une bataille royale.

Vous êtes peut-être en train de lever les yeux au ciel à l’idée d’une énième bataille royale. Entre Super Mario Bros. 35 et Fall Guys, vous en avez peut-être assez de ce sous-genre. Je ne vous en blâmerais pas.

Pourtant, ce qui est important dans le cadre de Blue Lock, c’est la leçon qu’il donne au reste du genre sportif, en montrant ce dont il est vraiment capable.

Blue Lock se déroule de nos jours, juste après l’élimination du Japon de la Coupe du Monde de la FIFA 2018. Invoquant le manque de bons attaquants, l’Union japonaise de football (JFA) recrute les talents d’Ego Jinpachi pour mener un projet radicalement nouveau :  » Blue Lock « , qui réunira les 300 jeunes attaquants les plus talentueux du pays.

Son objectif ? « Détruire le football japonais des perdants en les faisant participer à une bataille royale brutale pour créer « le plus grand attaquant égoïste du monde ».

À première vue, ce postulat est beaucoup plus intéressant que le simple rugby de Beast Children. Il s’y engage également beaucoup plus que Double Taisei, qui a abandonné son gimmick « d’échange de corps » à mi-parcours pour devenir une énième histoire de shogi.

La leçon clé que Blue Lock nous donne ici est que le genre sportif peut être bien plus qu’un simple drame impliquant un jeu ou un autre. Dans les mangas, il n’y a absolument aucune raison de s’en tenir à la réalité – pourquoi ne pas prendre le concept du football et l’appliquer à quelque chose d’autre, comme la bataille royale ? Rien ne vous en empêche.

De plus, le postulat intéressant de Blue Lock n’est pas qu’une façade. Dès le début, il est clair que l’auteur Muneyuki Kaneshiro a bien réfléchi, jusque dans les moindres détails : un moment particulier qui m’a frappé se trouve dans le volume 1, où il s’avère que votre « rang » en tant qu’attaquant détermine également le type de nourriture que vous êtes autorisé à manger à la cafétéria. Ce sont de petites touches comme celles-ci qui ajoutent vraiment à la construction du monde et mettent en valeur la qualité de l’écriture.

Une fois de plus, Blue Lock n’abandonne pas le concept à mi-chemin. Contrairement à Double Taisei, il s’y tient, l’explorant dans toutes ses complexités et l’élargissant même lentement au fil des chapitres.

Un exemple mentionné plus haut est le système de « classement », où les joueurs sont classés en fonction de leur valeur en tant qu’attaquant, ainsi que le système « d’armes », qui donne à chaque personnage une capacité unique au fur et à mesure que les matchs gagnent en complexité.

Personnages : Bons, brutes et laids

Néanmoins, la prémisse inventive de Blue Lock ne prend pas un instant le pas sur les personnages de la série. Chaque développement de l’intrigue repose sur les souhaits et les désirs de nos personnages, ce qui en fait un récit résolument axé sur les personnages.

C’est important, car ce sont finalement les personnages auxquels nous nous identifions le plus dans la fiction, et des personnages bien développés peuvent servir de base dans l’environnement trépidant de la sérialisation. En ce sens, une autre partie de l’attrait de Blue Lock réside dans son équipe de personnages convaincants.

Notre protagoniste est Yoichi Isagi, un étudiant en deuxième année de lycée qui commence son voyage dans Blue Lock au plus bas de l’échelle. En ce sens, la série est une véritable histoire d’outsiders.

À côté de lui, il y a ses coéquipiers de la « Team Z » : l’excentrique Meguru, la tête brûlée Jingo et le traumatisé Chigiri. Chacun d’entre eux a sa propre personnalité, rendue encore plus distincte par leur design.

En parlant de design, l’une des façons dont Blue Lock est capable de créer un groupe de personnages aussi convaincant est sans aucun doute le design accrocheur de l’artiste Yuusuke Nomura.

Si je devais les décrire en un mot, ce serait « laids » – ce n’est pas du tout une critique de son art, mais c’est surtout à cause des proportions et des expressions faciales exagérées qu’il a tendance à utiliser.

En ce sens, Ego Jinpaichi est peut-être le personnage le plus laid de tous. Tout en lui, de sa coupe au bol à son style vestimentaire, crie « ew » et fonctionne étonnamment bien lorsqu’il donne des explications. Et s’il y a bien une chose pour laquelle on peut féliciter l’art de Nomura, c’est pour rendre même les explications intéressantes.

Tout comme la prémisse de la série, les designs de Blue Lock nous enseignent que les personnages n’ont pas besoin d’être réalistes. Ils peuvent, dans une certaine mesure, être caricaturaux, avoir des proportions exagérées et se laisser aller à des expressions exagérées – je veux dire, pourquoi pas ? Personne ne vous en empêche.

Il y a cependant une limite à cela. Double Taisei nous montre qu’il ne suffit pas de créer des personnages loufoques pour faire une bonne série, ni pour la sauver de l’annulation.

Mais au moins Blue Lock et Double Taisei ont des personnages dont on se souvient : en écrivant cet article, je me suis creusé la tête pour me souvenir de personnages de Beast Children dignes d’être comparés, mais à chaque fois je n’ai rien trouvé. Cela montre l’importance d’avoir des personnages forts et bien écrits, ce que Blue Lock possède en abondance.

Blue Lock : Pas tout à fait une révolution

Cela dit, il ne faut pas trop cuire la poule aux œufs d’or. Malgré tous ses merveilleux personnages et sa prémisse inventive, Blue Lock n’est, en fin de compte, qu’un autre manga shonen – en fait, on pourrait dire que tout ce qu’il fait, c’est transformer le soccer en un manga de combat.

En outre, bien que nombre de ses personnages soient convaincants et attachants, ils ne vont guère au-delà des archétypes, ce qui les rend assez familiers à tous ceux qui ont lu beaucoup de séries sportives.

Mais, en même temps, Blue Lock contient quelques bonnes leçons. Il nous montre que les séries sportives n’ont pas besoin d’être simples, et qu’elles peuvent être détournées et transformées en d’autres sous-genres si l’auteur le souhaite. Il en va de même pour les personnages, qui bénéficient d’un design unique qui contribue à les rendre mémorables. Même s’il s’agit d’archétypes, on ne les oubliera pas facilement.

De plus, Muneyuki Kaneshiro et Yuusuke Nomura doivent faire quelque chose de bien, car Blue Lock se vend très bien et reçoit des critiques dithyrambiques. La série a récemment dépassé les 30 millions d’exemplaires sur 17 tomes rassemblés et a fait l’objet d’une d’une adaptation en anime qui l’a rendu encore plus populaire. En effet, d’après les chiffres publiés par Oricon, Blue Lock est le manga le plus vendu au Japon devançant One Piece et Jujutsu Kaisen.

En attendant, il faut dire que Blue Lock est une bouffée d’air frais dans un genre qui a stagné depuis que Slam Dunk a quitté la scène en 1996. Certes, il y a eu quelques bonnes séries depuis – Haikyu !! était pas mal, et qui peut oublier Eyeshield 21 et Kuroko’s Basketball ? – mais rien qui n’ait vraiment changé la donne. J’espère que Blue Lock est le précurseur dans cette direction. En tout cas, ce manga a tous les atouts pour y parvenir.

Vous pouvez acheter tous les tomes de Blue Lock sur Amazon.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut