18 mangas sur la culture auto comme Initial D - Manga Mosaic

18 mangas sur la culture auto comme Initial D

MangaMosaic.com participe au Programme Partenaires d’Amazon et reçoit des commissions sur les achats effectués à travers les liens de ce site.

Si vous vous intéressez un tant soit peu à la culture automobile, il y a de fortes chances que vous ayez entendu parler du manga (en termes simples – bandes dessinées/romans graphiques japonais) ou de l’anime (en termes simples – dessins animés japonais) intitulé Initial D (頭文字D). La série de mangas a été écrite et illustrée par Shuichi Shigeno, tandis que le pionnier du drift Keiichi Tsuchiya a participé à la supervision éditoriale.

Le premier numéro est sorti en 1995 et l’histoire s’est achevée en 2013, après 48 volumes. Le personnage principal est Takumi Fujiwara, un jeune homme de 18 ans à qui son père demande de livrer du tofu tous les matins avant l’aube.

Takumi n’aime pas particulièrement cela, alors il conduit aussi vite qu’il le peut, pour finir ce travail rapidement et dormir un peu plus avant d’aller à l’école. Il a fait ces courses de tofu pendant plusieurs années et, sans le comprendre, il a appris à maîtriser sa voiture sur le col d’Akina.

L’histoire est facile à suivre même si vous n’êtes pas un passionné de voitures et ai-je mentionné qu’elle est magnifique ? Le fait est que l’histoire vous implique de plus en plus à chaque chapitre, vous en apprenez plus sur les voitures et leur contrôle au même rythme que Takumi, vous tombez plus amoureux de la Toyota ‘Hachi-Roku’ AE86 de son père et vous vous inquiétez alors que la compétition devient de plus en plus difficile.

Le fait est qu’un grand nombre de passionnés de voitures ne connaissent rien d’autre que l’Initiale D et c’est là qu’ils perdent. J’ai fait des recherches plus approfondies sur les mangas liés à l’automobile et je partage mes découvertes avec vous :

WANGAN MIDNIGHT (湾岸ミッドナイト)

Une autre célèbre série de mangas japonais écrite et illustrée par Michiharu Kusunoki. L’histoire est à la fois très similaire et très différente de celle d’Initial D.

Les deux mangas mettent en scène un jeune pilote passionné – dans Wangan Midnight, il s’agit d’Akio Asakura -, les deux livres s’articulent autour d’une vieille voiture à l’âme bien trempée – ici, il s’agit d’une Datsun « Devil Z » S30 Z – et les deux histoires traitent de courses, mais si Initial D traitait des descentes et du drift, Wangan Midnight se concentre sur les courses à grande vitesse sur une autoroute (Shuto Expressway Bayshore Route).

SHAKOTAN BOOGIE (シャコタン★ブギ)

Shakotan Boogie est le manga que Kusunoki Michiharu a créé avant l’infâme Wangan Midnight que je viens de chroniquer. 32 volumes ont été illustrés entre les années 80 et 90. L’histoire tourne autour de deux amis – Hajime Yamamoto et Hiroshii Watanabe – qui se promènent dans une Toyota Soarer MZ11 en faisant des courses de rue, en draguant des filles et en cherchant des aventures.

Le manga est profondément ancré dans la culture automobile Shakotan/Zokusha/Bosozoku, mais il met également en scène des muscle cars américaines, des supercars européennes et des courses de vélos. Si je devais essayer de décrire ce roman en quelques mots, je dirais qu’il s’agit de la culture automobile au Japon dans les années 80.

JIGORO JIGOROU (痞子次五郎)

Le manga sur Jigorou Ishikawa est l’un des préférés de nombreux amateurs de voitures. Commencé en 2002 par Atsushi Kase et toujours en activité, il raconte l’histoire d’un cool guy en devenir. Le manga ne parle pas vraiment de course automobile, mais plutôt de draguer des filles avec des voitures, de se battre, de se la péter, tout comme Fast & Furious.

Une grande variété de cultures automobiles est présentée dans ce livre : street racers, lowriders, voitures VIP, Hashiriya, Yanki. Une histoire commune est également présentée : le personnage principal trouve sa voiture dans une casse et il s’agit d’une Nissan S13 avec un large bodykit et des portes lambo.

OVER REV! (オーバーレブ!)

Le manga Over Rev ! a été créé par Katsumi Yamaguchi et Team 39 en 1997. Après sept ans et 31 tomes, l’histoire était terminée. Bien qu’il soit moins connu que les mangas ci-dessus, c’est l’une des bandes dessinées les plus lues et les plus anciennes du Japon. Elle est axée sur la dérive et le féminisme – la plupart des personnages sont des femmes.

L’histoire suit Ryoko Shino, une lycéenne qui a assisté un soir à une course de rue : S13 et R32 dérivant juste devant elle. Le conducteur de la S13 était une femme, ce qui a attiré son attention. Elle est accrochée à ce moment précis et commence à chercher sa propre voiture. Comme elle n’a pas beaucoup d’argent, elle trouve une MR2 dans une casse, qu’elle ne paie que 10 000 ¥ (environ 100 $) parce qu’elle est mignonne.

De plus, Ryoko n’a pas de permis de conduire à ce moment-là et en acquérir un est une aventure en soi. Tout au long de son périple, elle n’apprend pas seulement à conduire une voiture, mais aussi la mécanique, l’indépendance, l’obtention d’un diplôme, la recherche d’un emploi et d’autres leçons de vie.

Il y a une histoire importante qui m’a échappé dans Initial D et Wangan Midnight – les événements officiels liés aux voitures. Over Rev ! propose de nombreuses rencontres de voitures, des journées sur circuit et des coupes de drift plus tard dans l’histoire.

CAPETA (カペタ)

Capeta est le manga et l’anime pour ceux qui s’intéressent au sport automobile, aux courses sur circuit et au karting en particulier. Le manga a duré dix ans, de 2003 à 2013. L’histoire commence avec Taira Kappeita, un jeune garçon indépendant de 10 ans. Son père, qui travaille dur, essaie de prendre soin de son fils et sait que le jeune Capeta s’intéresse aux voitures. Un jour, il ramène des pièces à la maison et lui construit un kart de base.

L’histoire se déroule en trois temps : Capeta apprend à courir, Capeta fait face à des difficultés financières pour soutenir son équipe et Capeta se rapproche de son objectif de battre son rival en Formule Stella.

Le roman est truffé de références au karting et à la course qui donnent de la chair à l’histoire tout en étant factuelles : commentaires sur les lignes de course, l’utilisation des pneus, le dérapage et commentaires généraux sur le monde de la course à quatre roues.

F (エフ)

F est une série de mangas classique écrite et illustrée par Noboru Rokuda. Elle raconte l’histoire d’un garçon de la campagne, Gunma Akagi, qui réalise son rêve en participant à une course de Formule 1.

La mère de Gunma meurt et il doit vivre avec son père, qui ne s’occupait pas de lui auparavant. Il est déterminé à faire carrière dans la course automobile et, un jour, il rejoint une écurie de course. Devant lui, il y a des années et des années de travail acharné et d’entraînement pour réaliser son rêve.

SS (エスエス)

Comme vous l’avez probablement compris d’après le nom, ce manga est consacré au rallye. Les fans de Subaru Impreza et de Mitsubishi Evo sont les bienvenus. Le manga a été illustré par Shohei Harumoto qui y a consacré trois ans (2000-2003).

L’histoire se déroule autour de Daibutsu, un ancien pilote de rallye qui vit avec sa femme Kumiko et leur fils. Il reconstruit sa Mitsubishi Starion 4WD, nommée Jackie, une voiture de rallye du groupe B qui a été interdite à la fin de la saison 1986. Lorsque la voiture sera prête, il retournera à la course en défiant les gens dans la rue avec sa voiture.

GT ROMAN SERIES (GTロマン)

Ce manga est un peu plus série, plus adulte, et présente souvent des voitures classiques importées, et quand je dis importées – je veux dire des voitures européennes et américaines, comme BMW 2002, Alfa Romeo 1300 GTA, Mini Cooper, Chevrolet Camaro, etc. Le style artistique est également unique. Illustré par Nishikaze (de son vrai nom Katsutaro Nishibori), le manga parle du plaisir d’avoir une voiture.

La série s’étend sur quelques titres originaux : GT Roman, Garage, Speedster, Sex Machine, Pit Start, Deadend Street, Last Moment, Cross Roads, GT Roman Stradale.

COUNTACH (カウンタック)

Ce manga est consacré aux supercars exotiques. Illustré par Haruto Umezawa, il a été publié en 2004. Cette histoire est l’un des rares cas où le personnage principal ne trouve pas la voiture de ses rêves dans une casse. En fait, cette Lamborghini Countach LP400 lui a été offerte par un mystérieux millionnaire.

La petite amie du héros le quitte pour un homme qui conduit une Ferrari 360. Devinez qui sera le principal rival dans ce manga.

KING (キング)

Ce manga est assez rare. Il a été créé par Keichiro Shinmura en 2002. Le personnage principal est un professeur d’école qui conduit une Honda CRX avec un moteur Impreza boxer monté en position centrale. C’est vraiment cool !

FULL SPEC (フルスペック)

Manga pour les fans de Mazda MX-5 créé par Taro Sekiguchi. 4 enfants trouvent un vieux Roadster Eunos dans une casse et ont dix ans pour le réparer, jusqu’à ce qu’ils puissent le conduire. Chinta est designer, Bunyan est mécanicien et Arata est pilote. Il y a aussi Maki-chan qui traîne toujours avec eux.

CAR GRAFFITI JK (カーグラフィティJK)

Il s’agit d’un nouveau manga d’Enoki Sakishima. L’histoire est une réflexion sur la jeunesse moderne, une jeunesse qui n’est pas très intéressée par les voitures. Le gouvernement a abaissé à 16 ans l’âge auquel on peut demander un permis de conduire. En écoutant ces nouvelles à la télévision, une jeune fille nommée Miki se prépare pour son premier jour au lycée.

Elle se rendait à l’école à vélo lorsque soudain, une Toyota « Yota-Hachi » Sports 800 classique est passée à côté d’elle. En regardant la voiture, Miki n’a pas remarqué une bouche d’égout ouverte et y est tombée dedans. Elle a passé son premier mois d’école à l’hôpital et a manqué toutes les occasions de s’inscrire à des clubs sociaux, à l’exception d’un seul… un club automobile !

RESTORE GARAGE 251 (レストアガレージ251)

La bande dessinée de Ryuji Tsugihara est l’une de mes préférées. Elle ne se concentre pas sur la course automobile, mais plutôt sur la restauration de voitures japonaises classiques et, par conséquent, sur la passion de leurs propriétaires. Dans le tout premier volume, Satomi Yumejiro et son petit-fils restaurent une Toyota 2000GT, une Hakosuka, une Datsun 510 Wagon, une RX-3 et une Skyline Kenmeri.

Ce manga permet également d’apprendre beaucoup de choses, par exemple le fonctionnement des carburateurs. Tout au long du manga, on découvre de nombreuses choses sur l’histoire de l’automobile japonaise, on visite des rencontres de voitures classiques et bien d’autres choses encore. Dans les chapitres les plus récents, ils commencent également à exprimer leur amour pour les voitures de sport européennes.

ZERO ANGEL (対象商品:ゼロ エンジェル)

En 2016, le créateur de manga Kia Asamiya a lancé un nouveau manga de course automobile intitulé Zero Angel. Le manga se déroule à Yokohama et raconte l’histoire d’une lycéenne et pilote invaincue, Aika Misaki. Alors qu’elle travaille en tant qu’idole dans les courses de kart, la nuit elle est une pilote de rue dans sa Subaru WRX STi Type S.

Elle a 19 ans, sa ville natale est Takasaki Gunma, sa taille est de 160cm, son buste de 85cm, sa taille de 58cm et ses hanches de 84cm. Elle était auparavant un personnage d’un autre manga – My Favourite Carrera.

KIRIN (キリン)

Pour les fans de moto, Kirin est la même chose qu’Initial D pour les fans de voitures et de drift. Le manga légendaire – « la bible des motards » – a été écrit par Shohei Harumoto et raconte l’histoire de Kirin, 38 ans, qui compare les motos à des animaux sauvages.

Le manga est devenu populaire grâce à la précision des dessins de motos et de voitures, aux arrière-plans sombres et à l’atmosphère de « bataille » qui y règne. Le roman commence par une course du personnage principal sur une Porsche 911 avec sa Suzuki GSX1100S « Katana ».

La version dérivée s’appelle Kirin : The Happy Ridder Speedway a été lancée en 2010, alors que l’original a été créé en 1987. Les deux romans parlent d’adultes qui « brûlent » leur vie en faisant des courses sur les routes publiques. Ils s’affrontent entre eux et font également la course avec des voitures de haute performance.

TOPPU GP (トップウGP)

Kosuke Fujishima nous présente l’histoire de Toppu Uno, un jeune Japonais qui vise le MotoGP, la plus grande course de moto au monde. Ce manga rappelle beaucoup l’histoire de Capeta. Il comporte également des descriptions extrêmement précises des équipements mécaniques, des motos et des voitures, puisque l’histoire a été réalisée en collaboration avec des pilotes de moto japonais.

MY FAVOURITE CARRERA (彼女のカレラ)

Cette histoire de Kia Asamiya est un scénario de rêve pour beaucoup de gens. Reina, 22 ans, hérite d’une Porsche 911 Carrera RS de type 964 datant de 1992. Le manga parle d’une « vie de voiture » – si vous ne travaillez pas dur, vous ne pouvez pas les entretenir correctement.

La vie de Reina avec Porsche ne fait que commencer et il y aura de nombreuses difficultés – assurance, entretien, personnalisation. La vie avec cette voiture de sport classique l’emmènera dans de nombreux endroits – les réunions de clubs et les journées sur circuit n’en sont que quelques-uns.

DONTEN PRISM SOLAR CAR (曇天・プリズム・ソーラーカー)

Il s’appelle Kaneda Shouta. Son père est mort dans un accident de voiture quand il avait 10 ans. Il travaille dans une usine sidérurgique dirigée par son oncle. Shouta-kun doit parcourir 30 km par jour à vélo, car il déteste les voitures depuis qu’il a perdu son père dans l’accident.

Un jour, un groupe d’étudiants arrive à l’atelier et apporte un projet de voiture solaire en mauvais état qui a été stocké pendant 8 ans. Ce club construit une voiture solaire pour participer à une course, et ils espèrent que Shota leur prêtera son expertise en mécanique. Seront-ils capables de gérer la colère et l’amertume de Shota, et de le sortir de l’isolement qu’il s’est imposé ?

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut